SchizophrÉnie

La schizophrénie affecte environ 1 % de la population. Cela représente environ 3 millions d'Américains

Sommaire

Les patients atteints de la schizophrénie souffrent à la fois des symptômes positifs et négatifs. Les symptômes positifs comprennent des comportements psychotiques comme les hallucinations et les délires qui varient en gravité. Les symptômes négatifs peuvent se manifester par des perturbations à des émotions normales ; des manifestations comme le manque d'expression ou encore l’incapacité de commencer ou de maintenir l'activité prévue. L'âge moyen d’apparition de la maladie est entre 16 ans et 30 ans, et environ 10% des patients atteints de schizophrénie meurent de suicide.

 

Le traitement en cours

La pharmacothérapie est utilisée autant dans le traitement de la schizophrénie aiguë que pour les traitements de maintenance. La thérapie de première ligne est l'utilisation de médicaments antipsychotiques, comme l'aripiprazole, en raison de leurs profils d'effets secondaires améliorés. Les objectifs des traitements pharmacologiques pendant un épisode psychotique aigu sont d'empêcher les souffrances, de contrôler les comportements perturbés et de réduire la sévérité de la psychose et des symptômes qui y sont associés. La réduction du stress chez le patient et la diminution de la probabilité de récidive sont les objectifs du traitement pendant la phase de maintenance.

 

Besoins médicaux non satisfaits 

Bien que le profil de sécurité des médicaments antipsychotiques atypiques soit plus élevé en comparaison a celui des antipsychotiques typiques, l’observance des médicaments est quand même faible en raison des caractèristiques de cette population de patients. La sévérité des symptômes que le patient endure, leur niveau d'éducation, leur attitude envers la maladie, et la toxicomanie sont quelques-uns des facteurs liés au patient qui influencent le niveau d’observance. Les facteurs environnementaux tels que le soutien social et les conditions de vie peuvent également mener à une réduction de l’observance thérapeutique. C’est possible que cela puisse entraîner une aggravation des symptômes, la rechute,les tentatives de suicide, des visites aux salles d'urgence répétées ou la ré-hospitalisation, et les mauvais résultats fonctionnels. Réduire la fréquence de dosage peut augmenter l'assiduité de la prise du médicament et réduire le risque de récidive d'épisodes psychotiques dangereux.